Rechercher dans ce blog

jeudi 23 février 2017

Je m'appelle Budo, Matthew Dicks

Synopsis :
"Aussi longtemps que Max croit en moi, j'existe. Les gens disent que c'est ça qui fait de moi un ami imaginaire. Ce n'est pas vrai : j'ai mes idées et ma vie en dehors de lui. Mais j'étais là le jour où il a disparu. Je sais qu'il est en danger. Et je suis le seul à pouvoir l'aider."

Editeur : Flammarion
Nombre de pages : 431
Mots-clés représentants le livre : ami imaginaire, tension, amitié, autisme, enlèvement
Public : 12 ans

Mon avis :
Ce roman est d'une originalité sans borne, sincèrement, c'est la première fois que je voyais une histoire avec le point de vue d'un ami imaginaire. 

Le début est un peu longuet, mais j'adore commencer un livre sans regarder le résumé et avoir le suspense de l'histoire, c'est comme ça que je ne m'attendais absolument à ce qui allait se passer. Et justement je trouve que pour ce livre, il est préférable de ne pas lire le résumé. En fait je sentais qu'il allait se passer quelque chose, ce qu'il se passait, n'était pas normal, mais du coup j'ai eu un véritable effet de surprise. 

Il y a un élément déclencheur et seul Budo, l'ami imaginaire de Max, sait ce qu'il s'est exactement passé, donc en tant que lecteur, nous sommes aussi au courant. Seulement personne d'autre ne le sait et Budo ne peut pas communiquer. Alors c'est extrêmement frustrant pour nous lecteurs, on a envie de rentrer dans le livre et de prévenir tout le monde. Débute alors une course contre la montre hyper stressante, je vous assure que ça monte crescendo jusqu'à un point où j'étais accrochée à mon livre et que rien n'aurais pu m'en défaire temps que je ne connaissait pas le fin mot de l'histoire.

Je m'arrête un petit instant sur le style d'écriture qui est très accessible car très simple, voire enfantin et naïf, mais pas du tout dérangeant, il faut juste quelques pages pour s'y habituer. 

Parlons maintenant des personnages, Max est un petit garçon dont on se doute qu'il souffre d'autisme mais ce n'est jamais clairement dit dans le texte, le père étant dans le déni complet. Cet aspect m'a particulièrement intéressé, j'aime bien lire des livres avec des enfants atteint d'autisme (plus particulièrement du syndrome d'Asperger) car je travaille avec de jeunes enfants au quotidien et il n'est pas impossible que je rencontre des enfants autistes et que je serais par conséquent amené à travailler avec les parents dans le déni.
Budo est son ami imaginaire depuis maintenant 5 ans, années particulièrement longues pour un ami imaginaire qui en général ne vivent qu'une journée, une semaine ou encore un mois, mais quasiment jamais plus. Il a une crainte, c'est qu'un jour Max n'ait plus besoin de lui et qu'il disparaisse à tout jamais. Il peut communiquer avec les autres amis imaginaires mais pas avec les personnes "réelles" mis à part Max, bien évidemment. Il va donc être confronté à ce problème de communication et va se retrouver bloquer pour sauver Max.

C'est un livre très touchant mais aussi vraiment très stressant à certains moment.

Ma note : 17/20

mercredi 22 février 2017

Calendar girl, janvier, Audrey Carlan

Synopsis :
"Mia vit seule avec son père et sa petite soeur à Las Vegas. Elle veut devenir comédienne. Depuis le départ de sa mère, son père boit et joue. Il emprunte un million de dollars, qu'il perd et ne peut rembourser. Le prêteur sur gages l'expédie dans le coma. Mia doit ainsi assumer la dette de son père sous peine que sa petite soeur et elle subissent le même sort. Un contrat mensuel de 100 000 lui est proposé si elle devient escort girl. Suivez les aventures de Mia chaque mois, découvrez avec elle une nouvelle ville et un nouvel homme."

Editeur : Hugo Roman
Nombre de page : 154
Mots-clés représentants le livre : érotisme, sexe, escort-girl, richesse
Public : 18 ans

Mon avis :
C'est le concept qui m'a donné envie de lire cette saga. Un livre par mois pour 2017. Je trouve ça super original. Mais l'originalité s'arrête ici, le livre est bourré de clichés, ce qui m'a fait bien rire et levé les yeux au ciel. C'est un roman bien érotique, assez dans l'extrême puisque finalement, il n'y a pas d'histoire et seulement du sexe.

C'est un livre qui est relativement court, puisqu'il fait un peu plus de cent cinquante pages, donc tout se passe vraiment vite, trop vite selon moi. 

Cependant, j'ai tout de même bien apprécié ma lecture puisqu'elle est très simple et sans prise de tête. 
Je me suis même beaucoup attaché à Wes et j'étais triste que Mia doive retrouver son prochain client.

Arrêtons-nous quelques instants sur le personnage de Mia, elle en a bavé pendant toute son enfance et la vie s'acharne vraiment sur elle avec ce qu'il se passe avec son père. C'est une rêveuse qui avait tendance à croire au prince charmant mais qui a vite connu désillusion par désillusion avec ses relations. C'est néanmoins une femme forte et qui sait ce qu'elle veut dans la vie. Et elle ne veut plus jamais tombée amoureuse.

C'est une lecture additive et les pages se tournent très vite. Alors si vous avez besoin de souffler (dans tous les sens du terme), ce roman est fait pour vous.

Ma note : 17/20

Chroniques lunaires, tome 2 : Scarlet, Marissa Meyer

Synopsis du premier tome :
"Même dans le futur les histoires commencent par : Il était une fois...À New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire un paria. Elle partage sa vie entre l'atelier où elle répare les robots et sa famille adoptive. À seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches les plus ou moins dégradantes qu'elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre. Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie - son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu'éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n'a aucune chance de s'épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune !
Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l'humanité est peut-être entre ses mains."
                     
Editeur : Pocket Jeunesse (PKJ)
Nombre de pages : 476
Mots-clés représentants le livre : science-fiction, futur, romance, robots/cyborgs, action, aventure.
Public : 13 ans

Mon avis :
 J'ai préféré ce second tome au premier.

Mais quoi qu'il arrive, une chose est sûre, c'est que le monde qu'a imaginé Marissa Meyer est vraiment très originale et très riche. 

Pour ceux d'entre vous qui ne connaissent pas la saga (mais je ne sais pas d'où vous sortez dans ce cas-là), il s'agit de contes de notre enfance revisité (Cendrillon, Le Petit Chaperon Rouge) revisité dans un monde futur avec des cyborgs.

Dans ce tome l'action est au rendez-vous, il faut quand même un peu patienter le temps que l'histoire se mette en place, parce que l'air de rien, comme je l'ai dit, le monde des Chroniques lunaires est vraiment riche et ce temps d'attente, de mise en place de l'histoire, est incontournable et nécessaire pour pouvoir bien comprendre toute l'histoire. 

On trouve aussi dans ce second opus de la romance, mais, et encore une fois Marissa Meyer est très forte, même si elle a son importance dans l'histoire ce n'est pas trop gnangnan.

Et ce qui est génial c'est que progressivement, des points qui peuvent sembler flous au début, deviennent clair et tout s'emboîte, tout à un lien, et ça aussi c'est très fort. Néanmoins certains de ces points sont prévisibles mais ça ne m'a pas plus dérangé que ça.

En commençant ce tome, j'avais un peu peur de ne plus voir le personnage de Cinder que j'avais fini par bien apprécié à la fin du premier tome. Mais en fait, en plus du point de vue de Scarlet, on a celui de Cinder et aussi pour les groupies, celui du Prince Kai qui a de très lourdes décisions à prendre.

Parlons de Scarlet un peu, c'est un personnage qui sait ce qu'elle veut et on ne va pas se le cacher, extrêmement têtue, ce qui peut être dérangeant pour certaines personnes. Elle rencontre donc un jeune homme, Loup (Wolf en VO, soit dit en passant, j'aurais bien aimé qu'ils gardent ce prénom) qui est un personnage très mystérieux. On ne sait vraiment pas quoi penser de lui. Ils vont partir ensemble dans une quête pour retrouver la grand-mère de Scarlet qui a disparu depuis deux semaines. De l'autre côté nous avons Cinder qui rencontre le Capitaine Thorne dans un endroit que je garderais secret. Pour le moment on ne sait pas grand-chose sur ce personnage et j'attends le troisième tome pour en apprendre un peu plus sur lui et sur son histoire.

Une partie grande partie de l'intrigue se déroule en France, ce que j'ai trouvé super, parce qu'il est vrai que l'on voit rarement cela venant d'auteur étrangers.

J'attends avec impatience de lire le troisième tome des Chroniques lunaires qui s'appelle Cress. 

Ma note : 18/20


mercredi 15 février 2017

Je t'ai rêvé, Francesca Zappia

Synopsis :
"Vous, les gens normaux, êtes tellement habitués à la réalité que vous n'envisagez pas qu'elle puisse être mise en doute. Et si vous n'étiez pas capables de faire la part des choses ? Jour après jour, elle se retrouve confrontée au même dilemme : le quotidien est-il réel ou modifié par son cerveau détraqué ? Dans l'incapacité de se fier à ses sens, à ses émotions ou même à ses souvenirs, mais armée d'une volonté farouche, Alex livre bataille contre sa schizophrénie. Grâce à son appareil photo, à une Boule Magique Numéro 8 et au soutien indéfectible de sa petite sœur, elle est bien décidée à rester saine d'esprit suffisamment longtemps pour aller à l'université. Plutôt optimiste quant au résultat, Alex croise la route de Miles, qu'elle était persuadée d'avoir imaginé de toutes pièces... Avant même qu'elle s'en rende compte, voilà que la jeune femme se fait des amis, va à des soirées, tombe amoureuse et goûte à tous les rites de passage de l'adolescence. Mais alors, comment faire la différence entre les tourments du passage à l'âge adulte et les affres de la maladie ? Tellement habituée à la folie, Alex n'est pas tout à fait prête à affronter la normalité. Jusqu'où peut-elle se faire confiance ? Et nous, jusqu'où pouvons-nous la croire ?" 
Editeur : Robert Laffont
Nombre de pages : 442
Mots-clés représentant le livre : schizophrénie, enquête, romance, retournements de situation
Mon avis :
J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman !
Ce qui était bien c'est que quelques fois j'ai eu du mal à me retrouver dans ma lecture, mais c'est volontaire de la part de l'auteure. 

En effet on est dans la tête d'Alex qui est schizophrène et qui, par conséquent, lors de ses crises, ne sait pas faire la différence entre réel et imaginaire. Donc en temps que lecteurs, non n'y arrivons pas non plus ! 
Néanmoins il y a certaines révélations auxquelles je m'attendais, tandis que pour d'autres je suis restée bloquée pendant 10 bonnes minutes, choquée par ce que je venais d'apprendre !
On passe par pleins d'émotions différentes : La peur, le doute, l'amour, l'espoir, le désarroi, la colère...
J'ai trouvé la romance un peu facile, même si elle est assez originale au vu de la situation d'Alex. 
Autre point que je trouve positif, c'est que l'on voit l'école du personnage de Miles qui est très secret et fermé dans un premier temps.
La schizophrénie est un sujet très peu traité dans la littérature jeunesse et Francesca Zappia l'a manié avec brio. C'est un bon moyen de se familiariser avec la maladie sans toutes les explications scientifiques. Car quoi qu'il arrive une personne schizophrène est une personne normale. 
Maintenant il y a certaines choses (je pense à une en particulier) qui sont vraiment tirés par les cheveux et complètement improbables. 
Je le conseille pour un public à partir de 14 ans (comme d'habitude je donne un âge pour des lecteurs moyens).
Ma note : 18/20

mardi 14 février 2017

Outlander, tome 6, partie 1, Diana Gabaldon


Synopsis du premier tome : 

"1945. Claire, jeune infirmière, retrouve son mari Frank Randall dans un village écossais pour une seconde lune de miel - la première a été interrompue par la guerre. Alors qu'elle se promène dans la lande, elle découvre un ancien site mégalithique où les villageoises se réunissent en secret pour célébrer d'étranges rites. Fascinée, elle s'approche d'un grand menhir fendu... et se volatilise.
Quand elle reprend conscience, elle est entourée d'hommes costumés qui se livrent bataille. Et curieusement, l'un des combattants est le sosie de son mari... A sa grande stupeur, elle comprend bientôt qu'elle est propulsée... en l'an de grâce 1743 ! Période troublée s'il en fut : l'Écosse, occupée par les Anglais, est à feu et à sang...

Ainsi commence une épopée sauvage et baroque où se mêlent fantastique et histoire, action, amour et humour." 

Editeur : J'ai lu
Nombre de pages : 707                           
Mots-clés représentants le livre : amour, famille, action, médecine, historique

Mon avis :
Avant toute chose vous devez savoir que cette saga est ma préférée de toute la vie entière !! 

La série télévisée adaptée du roman à une place encore plus grande dans mon cœur. Je suis une inconditionnelle fan de Caitriona Balfe ! 
Cette saga (ainsi que la série) m'a donné envie d'habiter en Écosse ou au moins d'y aller en vacances.
Comme vous l'avez compris j'adore tout ce qui tourne autour de l'historique, donc une fois encore avec Outlander je suis servie !  

Effectivement, dans les premiers tomes on apprend beaucoup des Highlands. En ce qui concerne l'historique du tome 6, je vous laisse le découvrir par vous-même, je ne veux pas vous spoiler.
Malheureusement je ne vais pas pouvoir dire grand-chose sur ce tome, pour la même raison...
Et si le nombre de livres (et de pages on ne va pas se le cacher) vous fait peur, regardez la série (elle est sur Netflix). Mais accrochez-vous, le début est un peu long. Vous ne serez pas déçu-enfin je l'espère.


Ce que je peux dire c'est que l'on retrouve Claire et Jamie toujours aussi amoureux l'un de l'autre.

Je me contenterai de vous dire : si vous aimez les histoires d'amour, la politique, les voyages, l'action, l'histoire, l'Ecosse, lancez-vous sans hésiter !!

Il s'agit d'une lecture adulte à partir de 16 ans.


Ma note : 19/20