Rechercher dans ce blog

mardi 4 juillet 2017

Le Passeur de Lois Lowry

Synopsis :
"Dans le monde où vit Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n'existent pas. Les inégalités n'existent pas. la désobéissance et la révolte n'existent pas. L'harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le comité des sages. Les personnes trop âgées, ainsi que les nouveaux-nés inaptes sont "élargis", personne ne sait exactement ce que cela veut dire. Dans la communauté, une seule personne détient véritablement le savoir : c'est le dépositaire de la mémoire. Lui seul sait comment était le monde, des générations plus tôt, quand il y avait encore des animaux, quand l'oeil humain pouvait encore voir les couleurs, quand les gens tombaient amoureux. Dans quelques jours, Jonas aura douze ans. Au cours d'une grande cérémonie, il se verra attribuer, comme tous les enfants de son âge, sa future fonction dans la communauté. Jonas ne sait pas encore qu'il est unique. Un destin extraordinaire l'attend. Un destin qui peut le détruire."

Editeur : Ecole des loisirs
Nombre de pages : 235 
Mots-clés représentants le livre : monde futuriste, réflexion, suspense, fin perturbante
Public* : 12 ans


Mon avis :
Cette lecture m'a laissé un sentiment très étrange, comme un sentiment de vide dans mon coeur.

Le passeur est un monde que l'on pourrait pensé comme utopique dans un premier temps : le divorce n'existe pas, le chômage non plus, la douleur n'existe pas. Chaque individu a un rôle à jouer et fait parti d'un rouage dans la société pour qu'elle fonctionne parfaitement.
Mais quand on va plus loin, c'est un monde terrible, voire même dystopique : l'amour n'existe pas, les animaux non plus, encore moins les couleurs, les femmes n'ont pas d'enfants, il existe un métier qui s'appelle "Mère porteuse" et ce sont elles qui font tous les enfants. Un monde fade.
Dès que les enfants commencent à ressentir du désir pour le sexe opposé, il prend une pilule pour ne plus ressentir cela. Et dans ce monde, il y a une personne considérée comme un sage, qui connaît tout ce qu'il s'est passé des décennies et des décennies avant, lorsque les gens avaient des sentiments et que les couleurs existaient encore...

Tous les ans, les enfants ont un nouvel élément qui forme leur personnalité, qui marque un nouveau passage dans leur vie : à un an ils ont leur prénom et vont dans leur famille, à neuf ans, un vélo, à douze ans ils connaissent leur futur métier. Jonas, le personnage principal, est le seul à faire le métier pour lequel il a été choisit. Un métier qui va lui faire prendre conscience que leur société n'est pas si parfaite...

C'est un roman qui fait énormément réfléchir sur ce que pourrait être le monde dans le futur, un monde gris où personne n'a le choix.

La fin est ouverte et arrive très rapidement. Elle est un peu étrange et laisse un drôle de sentiment...

Il y a une suite mais la couverture des deux suivants est assez laide donc j'espère que l'Ecole des loisirs fera de belles couvertures. A voir !

Ma note : 17/20

*Lecteur moyens


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire